Pour aller mieux, je sortais en discothèque, buvais et fumais…

Dans mon enfance, tout allait bien, ma famille me portait de l’attention, jusqu’à ce que je sois séparé de ma mère, qui décida de se marier et partit vivre avec son nouveau mari. On m’envoya alors chez mes parrains, je pleurais tous les jours depuis mes 7 ans. Après un certain temps, je suis retourné vivre chez ma mère, je croyais que tout irait mieux, mais c’est là que la situation s’est empirée.

J’ai eu ma première expérience avec la drogue à 13 ans, j’ai commencé à fumer du tabac, du cannabis et d’autres stupéfiants. Mon état dépressif s’est accru quand j’ai eu 16 ans. Même si j’avais des « amis », il suffisait que je sois seul pour que les crises commencent: je pleurais sans pouvoir m’arrêter. Mon estime personnelle était très faible, des pensées de suicide venaient pour que je me jette sur les rails. Pour essayer d’aller mieux, j’allais en discothèque toute la nuit, buvant, fumant et consommant de la cocaïne, mais cela ne résolvait rien.

J’ai continué ainsi jusqu’à mes 23 ans, âge auquel je suis arrivé au Centre d’Accueil. En participant aux réunions et à travers ma foi, j’ai enfin réussi à dormir tranquillement, après deux années sans y être parvenu en raison d’insomnies, d’une amertume profonde et de pleurs incessants.

Cependant, après un certain temps je me suis éloigné de Dieu, j’ai cessé d’aller au CAU et j’ai été emprisonné injustement. C’est en prison que j’ai parlé avec Dieu, que je me suis sincèrement repenti, et c’est alors que ma vie a été transformée dans tous les domaines, en commençant par mon intérieur. Aujourd’hui, je suis délivré de la dépression, je suis heureux et je vis en paix.

Mr Daniel R.

Leçon en ligne du dimanche – EBI

Chers parents et enfants, Découvrons : LE SECRET DE LA FORCE Ce mois-ci nous en avons appris plus sur la crainte et pour ne plus jamais oublier ce sujet si important, nous allons le rappeler