Je comblais mon intérieur avec toutes les tâches à faire et sans prioriser le plus important

« Quand je suis arrivée au CAU, j’ai très vite été active, on pouvait compter sur moi, j’étais toujours là et par conséquent, je comblais mon intérieur avec toutes les tâches à faire et sans prioriser le plus important qui était mon intérieur. À un moment donné, j’ai tout arrêté pour pouvoir être à l’écoute de moi-même et je me suis rendue compte qu’en fait, j’étais complètement vide malgré mon temps d’église. J’étais très frustrée car je ne voyais pas mon évolution et en plus de cela, je me comparais et me rabaissais énormément tout en cherchant à être parfaite. Je suis passée par l’envie et la jalousie, j’ai même commencé à ne plus vouloir venir à l’église tellement je me sentais mal. J’étais lourde et triste. J’ai cherché beaucoup de conseils à droite et à gauche mais en vain. Un jour, je me suis révoltée contre moi-même et la situation, c’était pendant un Jeûne de Daniel. J’en ai eu vraiment assez de continuer ainsi. J’ai été sincère avec moi-même et avec Dieu en exposant tout et surtout en ayant en tête que j’avais tout à gagner et rien à perdre. J’ai commencé à prioriser le Saint Esprit et à observer et corriger mes failles, comme le fait de demander pardon à certains pour mon comportement ou pour des ressentiments que j’avais. Quelques jours après, en gardant mon objectif, en me dépouillant et en arrêtant de me condamner, j’ai reçu le Saint Esprit. C’est comme si je commençais une nouvelle vie. Aujourd’hui, je n’ai plus du tout cet intérieur qui criait. Au contraire, je sais Qui est en moi et je me sens vraiment complète.Je suis encore plus assoiffée car je n’ai pas fini d’évoluer et de me corriger avec Lui. »

Pomélie

Deixe o seu comentário

Ou preencha o formulário abaixo.

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 comentário

sellaye Répondre 6 février 2018 à 20 h 44 min

Merci pour le temoignage,moi je veux etre comme elle